serre side effectu 300x219 

 

Contrairement à ce que peut suggérer cette illustration humoristique, l'ostéopathie est une thérapie manuelle DOUCE et non invasive (les manipulations ne doivent pas être douloureuses, sinon c'est qu'il y a un problème !). L'ostéopathe dispose en effet d'une large panoplie de techniques (c'est pour ça que sa formation dure au moins 5 ans !). Il s'adapte à chaque patient en fonction de la problématique rencontrée :

 structurel

* techniques structurelles ("thrust") : redonnent de la mobilité à une articulation de façon directe. Elles sont induites de façon rapide en un mouvement bref. Ces techniques sont très souvent associées à un bruit de craquement, mais si "ça ne craque pas", ça ne veut pas dire que la technique n'a pas été efficace. Depuis 2012, suite à une formation auprès de José Kuntzler, je privilégie les techniques structurelles "à minimum de levier" (= l'amplitude utilisée dans la technique est minimale).

 

* techniques musculaires : il s'agit d'étirements, de contractions isométriques (contractions/ relâchements), de massages profonds ou de points de pression.

 

* techniques viscérales : consistent à étirer les différentes attaches des organes visceral(ligaments et enveloppes tissulaires) pour leur  redonner de la souplesse et optimiser leurs fonctionnalités. Elles peuvent également s'effectuer par des pompages afin de stimuler  certains organes. Ce travail s'effectue sur la respiration. 

 

 

 

imagen articulo 3

* techniques crâniennes : les os du crâne ne sont pas totalement fusionnés et possèdent une micro-mobilité ( nommée Mécanisme Respiratoire Primaire) en corrélation avec la fluctuation du liquide céphalo-rachidien et la respiration thoracique. Pour corriger une perte de mobilité à ce niveau (compressions, blocages), les techniques sont douces et effectuées par pressions légères. Elles peuvent être directes ou indirectes, utiliser les mouvements volontaires du patient (de la tête, des yeux, de la langue,...) ainsi que sa respiration. Ces techniques font partie intégrante de la thérapie cranio-sacrée, car le crâne fonctionne en étroite relation avec le sacrum. Article

 

* techniques fonctionnelles : consistent à libérer les blocages d'une articulation en prenant en compte tous ses paramètres de mobilité (flexion/ extension, inclinaison, rotation, compression/ traction), et en y ajoutant un paramètre respiratoire (inspiration ou expiration) qui aide à la correction.

 

* techniques myo-fasciales, ou tissulaires : le fascia, ou aponévrose, est un tissu conjonctif indivisible qui entoure toutes les structures du corps, profondes et superficielles (os, muscles, viscères, nerfs...). Ce type de technique fait appel à une perception subtile des tissus, et peut être réalisé par des mouvements plus ou moins grands, le patient restant passif tout au long de la manipulation. Article

 

Il va sans dire que chaque thérapeute est différent, que son art est un savant mélange de connaissances, de ressentis, d'intuitions... La relation thérapeutique est avant tout une rencontre entre deux individus, chacun porteur d'une histoire, d'une compréhension et d'une sensibilité particulières. Un même motif de consultation ne sera donc pas traité de la même façon en fonction du patient.